Mes lectures gastronomiques de l’été

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Desproges, j’adore. J’ai 2 ou 3 livres de ses citations, ma préférée :

    Jacques Séguéla est-il un con? La question reste posée. Et la question restant posée, il ne nous reste plus qu’à poser la réponse. Jacques Séguéla est-il un con ? De deux choses l’une, ou bien Jacques Séguéla est un con, et ça m’étonnerait tout de même un peu, ou bien Jacques Séguéla n’est pas un con, et ça m’étonnerait quand même beaucoup.

    Et l’avantage, c’est qu’on peu remplacer Séguéla par d’autres personnes, ça marche aussi.

    Est ce que tu viens à la Foire du Livre de Brive, cette année ?

    • mariefrance.thiery dit :

      Ah ! Les citations de Desproges, quel bonheur et ça ne vieillit pas ! Celle-ci est très savoureuse. J’adore.
      Oui, je serai à Brive, je serai ravie de t’y revoir si tu peux venir.
      Bises.

  2. Jean-Michel 71 dit :

    Et soyons, à tout jamais, reconnaissants à Jonathan Paxabouille (alias Jonathan Sifflé-Ceutrin) d’avoir inventé le pain pour saucer…

    Mille excuses
    Jean-Michel 71

  3. Jean-Michel 71 dit :

    Bonjour,

    Vous vous étonnez du paradoxe entre «le côté irrévérencieux de l’artiste et celui plus engoncé de la revue gastronomique»
    Au contraire, pas surprenant que ces chroniques aient été publiées dans “Cuisine et Vins de France”. En effet, n’est-ce pas Curnonsky, Prince élu des Gastronomes, qui a fondé cette revue en 1947 !
    Et Wikipédia m’apprend aussi du prince : «En 1930, il fonde l’Académie des gastronomes et l’Académie de l’humour…»
    Humour et gastronomie… une seule et même grande famille ! Pierre Desproges ne pouvait, dès lors, que partager le “sel” de ses recettes dans “Cuisine et Vins de France”.

    Et soyons, à tout jamais, reconnaissants à Jonathan Paxabouille (alias Jonathan Sifflé-Ceutrin) d’avoir inventer le pain pour saucer…

    Cordialement,
    Jean-Michel 71

    • mariefrance.thiery dit :

      Bonjour Jean-Michel,
      c’est vrai, vous avez raison. Ce n’est tout compte fait pas un paradoxe, bien que l’auteur du livre le présente ainsi et que je l’ai repris sans réfléchir.
      Quels gais lurons ces deux Jonathan ! Très drôles.
      Belle soirée à vous.

Et si vous laissiez un commentaire ?