Le Hareng et sa petite histoire

11 réponses

  1. Elisabeth Pavageau dit :

    Historienne, Tu vas faire Historienne ! Merci Marie

    • mariefrance.thiery dit :

      Merci ma chère Elisabeth <3
      Tu sais que j'ai pris un énorme plaisir à écrire ce billet, et je réitèrerai sur d'autres thèmes, parce que c'est très intéressant pour moi aussi, ça m'oblige à faire des recherches. Belle journée à toi sur ta jolie île qui doit commencer à sentir bon le mimosa.

  2. carolinne cerise dit :

    Merci pour ce joli documentaire et ces anciennes photos qui nous rappellent de bons souvenirs!j’aime beaucoup l’hareng fumé!

    • mariefrance.thiery dit :

      Bonjour ma chère Carolinne, je suis contente que ça te plaise, mais maintenant que je te connais mieux, je ne suis pas surprise 😉
      Je t’embrase très fort.

  3. Jean-Michel 71 dit :

    Bonsoir,

    Il est encore temps pour ne pas faillir à la tradition des Vœux du Nouvel An.
    Je vous souhaite le meilleur dans toutes vos vies, personnelle, familiale, professionnelle, culinaire, littéraire…

    Et ainsi donc, en cette soirée de dimanche, j’aurai beaucoup appris sur le hareng.
    Mais que ne mentionnez-vous les hautes qualités du hareng utilisé, déjà au XVIème siècle, comme base de parfum.
    Et oui, notre bon Roi Henri IV portait des colliers de harengs pour masquer son “fumet de crasse”.
    Sa chère et tendre épouse, Marie de Médicis, si elle ne souffrait pas de sinusite chronique, devait le sentir venir !!!

    Par ailleurs, le hareng de ce temps là devait avoir des vertus aphrodisiaques… Notre Vert Galant n’a-t-il pas eu six enfants avec son épouse et une bonne douzaine avec ses nombreuses maîtresses… Probablement qu’elles en étaient toutes chavirées… de hauts le cœur !

    L’année commence bien… Vivement le Carnaval de Dunkerque et son lancer de harengs.

    Cordialement,
    Jean-Michel 71

    • mariefrance.thiery dit :

      Merci Jean-Michel de ces bons vœux que je vous retourne en vous souhaitant à mon tour une belle et agréable année auprès de vos proches.
      Ah ! Ce hareng, il est une source inépuisable d’histoires. Merci à vous de nous apprendre cette anecdote incroyable concernant le bon roi Henri IV. Il est vrai qu’en ce temps-là, la crasse et les mauvaises odeurs faisaient partie du quotidien, même à la cour du roi. Il suffit de lire Le Parfum de Patrick Süskind quand il décrit le Paris du XVIIIème siècle avec ses odeurs nauséabondes.
      Merci de votre visite et bonne semaine,
      Marie-France

  4. anny dit :

    nous avions l’ habitude d’ aller tous les ans
    manger des harengs grillés à la foire SAINT MARTIN de PONTOISE
    et boire un verre de GINGLET piquette locale
    PONTOISE passage pour les harengs arrivant de BOULOGNE SUR MER vers la capitale
    ils étaient mangés là ,leur fraicheur étant mise à rude épreuve ils ne pouvaient aller plus loin
    merci pour ces histoires autour d’ un bon plat
    bises ANNY

  5. Frédérique dit :

    Wahouuuuu, encore une superbe recette-histoire….
    Et MÔA le Hareng je lui fais un sort, surtout avec pommes à l’huile…Ma folie….
    Môman, elle c’est “le gendarme”…moi pas, j’aime pas la viande et poisson fumés (sauf le saumon).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.