La tourte aux épluchures de patates

17 réponses

  1. Marie-France dit :

    Il est génial ce livre, n'est-ce pas Pascale ? C'est vrai que quand on le commence, on ne peut plus le lâcher, une vraie gourmandise !

  2. pascale dit :

    mais je l'ai dévoré ce livre!

  3. Bern Du Val dit :

    Livre intéressant , n'est-ce pas ?
    J'en ai parlé il y a quelques jours mais je ne suis pas allé jusqu'à penser à réaliser la recette ?
    C'est donc possible , mais j'essaierai aussi la recette d'Estèbe , avec les épluchures de papaye , attendu qu'il y a des papayers dans mon jardin …et que j'habite aux antipodes !
    Et s'il existe des farceurs dans

  4. Estèbe dit :

    Adorable. On s'en va essayer une version sucrée avec des épluchures de papaye.

  5. mais je suis là je pense que c'est bientôt l'heure pour le raps, non!
    Alors merci pour toutes tes explications et tes photos. j'en ai l'eau à la bouche.

  6. Hélène dit :

    J'arrive alors Marie-France… . Les critiques sont toutes unanimes. J'attends avec impatience que ce livre sorte en format pocket. L'été est propice à la lecture, c'est un des rares moments de l'année où je peux enfin lire sans être dérangé toutes les deux minutes. C'est vrai que le titre sonne mieux en anglais.

  7. Marie-France dit :

    Fabienne, ton petit mot me touche et sache qu'il était prévu que tu sois la première à qui j'envoie une belle lettre, parce que nous ne nous sommes pas tout dit lors de ce mémorable week-end belgio-vendéen, nous nous sommes comprises, et nous avons plein de points communs… Surveille ton facteur prochainement, je reprends ma plume…

  8. Ma Grande,

    Voilà une invitation qui fait vibrer mon coeur. Ce n'est point l'envie qui manque, je pense que ce serait là une bien belle occasion de se retrouver autour des mots qui nous ont fait vibrer, des points de suspension qui ont laissé des traces dans nos mémoires, de tous ces signes qui, un jour, ont su toucher nos âmes. Je t'embrasse. Pensées.

  9. Marie-France dit :

    Hélène : du chocolat chaud, bonne idée ! Je nous verrais bien toutes, tiens, en tenues vaporeuses du 18ème -j'aime bien cette époque- buvant du chocolat chaud entourées de tous les grands écrivains et poètes de l'époque… Je rêve !

  10. J'arrive tout de suite aussi ! ;o) UN salon littéraire, quel régal ! Avec du chocolat chaud … ça changera du thé et ça nous ramènera quelques siècles en arrière … J'aime ça, d'avance …
    Bises
    Hélène

  11. mickymath dit :

    j'aurais été volontier gouter cette tourte qui doit être bien bonne! biises à vous deux! micheline

  12. claire dit :

    coucou me voici de retour après trois semaines passées à sallertaine! tu as bien travaillé! je vais continuer mes visites! en attendant ta prochaine visite, je te souhaite de passer une bonne journée! bises claire
    http://miseenbouche.canalblog.com/
    ps toi qui est de vendée il y a qqes photos sur mon blog biz

  13. Provence dit :

    Moi je ne reste pas aujourd'hui car rien que le mot betterave rouge me fait fuir mais je vais revenir très très vite. Bises

  14. Tiuscha dit :

    Bel hommage, je ne l'ai toujours pas lu, mais je vais m'empresser. PLus facile de réaliser la tourte que d'acheter un pied à terre à Guernesey !
    Les commentaires explique bien une facette du livre…

  15. FANETTE dit :

    moi aussi j'ai adoré ce bouquin, je viens de le terminer et je ne l'ai pas lâcher, un pur délice

  16. Marie-France dit :

    J'adore, j'adore ton commentaire Colibri, on me dit toujours moi aussi que je fais long dans les commentaires, mais ça m'énerve de mettre des formules basiques à l'emporte-pièce ! Ce que tu décris de Jersey et Guernesey me donne encore plus l'envie d'y aller dès que possible, tu as raison, on doit s'y sentir totalement hors du temps, un vrai dépaysement ! Pour les

  17. colibri dit :

    Moi, moi, j'arrive tout de suite : les îles anglo-normandes, tout un poème (Guernesey encore plus que Jersey ou Alderney), un vrai microcosme assez hallucinant, où anciens des Indes côtoient jeunes héritiers vivant dans les quartiers huppés de Londres mais revenant au "pays" aux allures on ne peut plus… féodales, un monde vraiment à part, même si on sais que les anglais ont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.