La fressure vendéenne

37 réponses

  1. cuisine85 dit :

    J’ai eu l’occasion de faire de la fressure au Poiré avec des retraités dans un chaudron immense il y avait 2 ou 3 têtes de cochons ! la cuisson a durée plusieurs heures, il fallait se relayer pour « touiller’ avec le baton et dans le fond du chaudron pour ne pas que ça colle il y avait une poignée de fourchettes et cuillères que l’on brassait avec le baton ! le résultat était extra avec des

  2. Merci pour ce partage. Je ne connaissais pas et j’y gouterai bien.

  3. Merci pour ce partage. Je ne connaissais pas et j’y gouterai bien.

  4. Brigitte dit :

    je ne connaissais pas du tout
    Quel travail dis donc, j’aurai bien gouté si j’avais été plus près de chez toi
    merci pour tes commentaires en mon absence de blog, c’est fou ce que ça peut réconforter
    gros bisous

  5. Carole dit :

    Wouah ce boulot ! je suis très impressionnée par ta réalisation … par contre … heu … je passe mon tour là 😉

  6. hélène dit :

    Vraiment génial, la cuisine comme je l’aime. C’est dommage que ces recettes se perdent. Merci pour ce travail de recherche et ce partage. Un billet à garder précieusement.

  7. Mélisbir dit :

    Merci Marie-France… j’ignorais -quelle honte – qu’il fallait une tête de cochon pour faire de la fressure! C’est toute une leçon que tu viens de me donner:le travail des nos grands-mères à l’heure de faire la cuisine du cochon. Formidable! dommage que l’on ne puisse pas y goûter via net… photos parfaites 🙂

  8. domie dit :

    j’ai assisté bien des fois à l’assassinat du cochon mais je ne me souviens pas avoir vu mes grands-parents faire de la fressure. Je crois même qu’ils ne faisaient pas de boudins, mais je ne suis spas sûre.
    Je connaissais de nom mais je ne savais pas comment cela se préparait.
    Merci beaucoup de me faire découvrir cette préparation charcutière. Vu qque le sang fait partie des ingrédients,

  9. monchefamoi dit :

    Voilà une recette qui me fait plaisir que l’on voit trop rarement, ta recette est superbe, un vrai plat de terroir … et alors les photos avec ce feu de cheminée en arrière plan « TIP-TOP »
    Bravo marie-France
    Bises Thierry

  10. jluc dit :

    Bon ch’uis pas sûr de cuisiner la fressure, mais en goûter, vu comme tu en parles , j’ai bien envie!

    Ciel, je suis démasqué, je ne connais pas ! y en a t’il seulement chez nous?
    je vas me recarder.
    bises
    jluc

  11. Gracianne dit :

    Un grand chaudron a touiller, du sang, mais c’etait une recette pour halloween ca 🙂 je ne connaissais pas, a part le nom, et je crois que j’aimerais ca. Dans le genrer terroir, elle se pose la cette recette.

  12. Provence dit :

    Très très instructif, et je gouterais volontiers mais je ne suis pas sûre du tout de me lancer dans un tel travail! Bises et bravo!

  13. Alors là ma belle, chapeau! Encore une fois j’ai bien cru que je faisais un « retour vers le…passé ». Ma grand maman gâteau elle aussi nous préparait toutes ces recettes traditionnelles. Avec le sang, c’était le boudin « noir ». On adorait, on adore toujours, servi bien chaud, avec une bonne compote de pommes un peu acidulée … flambé au dernier moment – pour les vraiment gourmands – avec une « 

  14. la cachina dit :

    enfin un blog où les plats traditionnels sont vrais, félicitation, en ce moment c’est extrêment rare sur le net. Il est très difficile de trouver des vraies recettes de terroirs
    Alors encore Bravo, je sais faire le boudin, mais je ne me suis jamais lancé dans la fressure, cela me démange fortement, en plus j’aime
    Tous les abats en général

    vous êtes la bienvenue dans mes liens si

  15. je ne connaissais pas, merci pour cette découverte

    et pour ceux et celles qui souhaitent participer au Muffin monday #11 c’est ici :
    http://cuisineplurielle.canalblog.com/archives/2008/10/13/10922067/html

  16. Marielle dit :

    Et bien voici une spécialité que je ne connaissait pas, une lacune comblée grâce à toi. je serais très curieuse de goûté, je suis sure que c’est très bon.

  17. Marie dit :

    je ne connaissais pas la fressure ou ne m’en souviens pas. Ha le cochon c’est tout mon enfance qui revient à grand pas. Je revois ma grand mère cuisinière émérite s’activant devant la cuisinière à bois, faisant terrines, boudin et moi dans les casses. J’arrête : j’ai les larmes aux yeux.

  18. gingembre dit :

    je me mettrais bien à table, çà semble succulent, et j’accepte le vin qui l’accompagne, sans souci…bonne soirée
    gingembre

  19. Il me semble bien en avoir mangé chez un de mes potes de l’Herbaudière à Noirmout…Si c’est le cas, c’était très bon.

  20. Il me semble bien en avoir mangé chez un de mes potes de l’Herbaudière à Noirmout…Si c’est le cas, c’était très bon.

  21. Carpe Diem dit :

    J’aimerais bien goûter ça…Je suis toujours attirée par les recettes de tradition.

  22. michette dit :

    J’avais un oncle boucher et j’ai souvent assisté à ses diverses préparations, boudins etc…mais je ne connaissais pas cette spécialité à laquelle je goûterai volontiers.
    bises

  23. Marie-France dit :

    Merci à tous pour vos commentaires, je suis ravie que cette recette vous ait plu et je remettrai le couvert prochainement avec d’autres recettes du terroir, j’ai des idées en réserve !
    Domie, tu m’épates, car moi je serais bien incapable d’assister à la mort du cochon, je me souviens l’avoir vu dans le film « 1900 » avec Depardieu, la scène était impressionnante.

  24. n-talo dit :

    j’ai lu ton post avec délectation et tristesse, d’abord parce que j’aime ces plats roboratifs que l’on ne prend plus le temps de faire, parce qu’il nous rappelle les tables d’autrefois (quand j’étais petite aussi) et que la nostalgie est toujours douce et puis parce que tu as demandé de l’aide à ta voisine … ainsi, je note qu’il me faut penser plus souvent à demander ses recettes à mes grands

  25. Marie-France,

    Ta recette me ravie car c’est très important de maintenir ces recettes dans notre monde actuel. Il faut garder les traces du passé pour mieux avancer vers des nouvelles expériences.
    Ta fressure je ne l’ai jamais goûté, mais étant fana du boudin noir, je devrais adorer.
    Tu t’imagines un workshop à Soissons de 5 heures pour faire une fressure. 🙂

  26. Tiuscha dit :

    Je ne connais que de nom, si on se croise un jour là bas, fais moi le plaisir de m’y faire goûter !!

  27. Marie-France dit :

    Tiuscha : ce sera avec un grand plaisir que je te recevrai et te ferai découvrir la fressure si tu passes dans le coin ; n’hésite pas, la maison t’es grande ouverte.

  28. Marie-France dit :

    Marie : oui, ces recettes sorties de notre passé nous renvoient toujours à des êtres proches, moi c’est à mon papa qui en était fou de ce plat.

  29. Beah dit :

    Quand j’étais petite en Charente, je me souviens qu’on faisait ça et à l’époque ça me dégoutait complètement, maintenant j’y regoûterais bien !

  30. Je ne connaissais pas ….merci de partager ces moments

  31. Marie Christine Cousin dit :

    Ma grande tante en faisait on mangeait ça chaud avec un peu de vin dedans c’était délicieux

  32. Jean RONDEAU dit :

    Pourquoi pas aussi ne pas faire une confrérie de la fressure ? Il y a bien à Caen une confrérie des tripes.
    Pour ma part, j’ai passé 7 années de ma vie à Richelieu à la Roche et, vraiment, la fressure était le seul aliment qui me levait le coeur ( vendéen bien entendu )

    • MarieFrance.Bertaud dit :

      C’est vrai ça ! Je me demande d’ailleurs si ça n’a pas existé. Malheureusement, peu de personnes en mangent de nos jours. On en trouve encore de la bonne sur les marchés, comme à Challans.

  33. Jérôme dit :

    J’en ai mangé très souvent petit pendant la période où mon père et mes oncles élevaient des cochons. On la mangeait souvent avec de la mogette, éventuellement sur du pain grillé. Super souvenir.

  34. chauveau dit :

    j’en ai acheté cette semaine chez mon charcutier qui en fait de la très bonne! j’en ai parlé à mon petit-fils, en apprentissage de cuisinier, mais qui ne connait pas… il est pourtant vendéen! quand nous faisiions la « cuisine du cochon » chez mes beaux-parents, nous y passions la journée et une bonne partie de la nuit, la fressure devant cuire très lentement et longtemps! Merci pour cette piqure de rappel!

Laisser un commentaire